Le sang de cordon pour traiter la paralysie cérébrale – (Duke University trial) – en anglais

Les études sur la paralysie cérébrale et la thérapie avec les cellules souches avancent, de plus en plus de familles espèrent que cette thérapie apportera de bons résultats. Une famille qui avait entreposé le sang de cordon ombilical avec ViaCord a participé à un traitement expérimental mené par une équipe de la Duke University, en espérant que cela améliorera la vie de leur petite Cady.

http://www.viacord.com/cady/viacord-popup-cady.aspx#A

Publicités

Une greffe de sang de cordon traite la leucémie – en français

Petit clip où une jeune femme vivant en France explique comment elle a appris qu’elle était atteinte d’une leucémie aiguë. Elle a été greffée avec du sang de cordon ombilical allogénique, ce qui l’a sauvé.

Amazing recovery attributed to cord blood (Duke University trial) – en anglais

Vidéo illustrant le traitement reçu par un enfant atteint de paralysie cérébrale à qui l’on a injecté ses propres cellules souches provenant de son sang de cordon. 5 jours seulement après l’opération, ses parents constataient des progrès remarquables. Ils sont convaincus que les injections de cellules souches y sont pour quelque chose. Il est toutefois difficile d’en déterminer l’incidence réelle à ce stade.

http://www.cordblood.com/popups/hextell_today_show.htm

Cellules souches pour le traitement de l’autisme

Des cellules souches du sang de cordon pour traiter des enfants atteints d’Autisme  (2010)-en anglais

L’Autisme est aujourd’hui un des désordres neurologiques les plus courants en Amérique, touchant 1 enfant sur 110. La science se penche aujourd’hui sur les possibilités de traitement employant des cellules souches issues du sang de cordon. Voici un reportage sur les probabilités d’utiliser le sang de cordon pour traiter l’autisme.

Prélèvement

Comment le sang de cordon est-il prélevé ?

La collecte de sang de cordon est une procédure simple, sécuritaire et indolore, pour le bébé comme pour la mère, qui prend généralement moins de cinq minutes. Après la naissance du bébé, le cordon ombilical a été pincé et coupé et le sang restant dans le cordon est aspiré dans un sac de collecte (généralement avec une seringue). La procédure peut être réalisée après un accouchement par voie vaginale ou par césarienne. Après le prélèvement, le sang qui est dans le sac de collecte est transporté ou livré au laboratoire de la banque de conservation. Là-bas, il sera analysé afin de connaître sa composition en cellules souches et de s’assurer qu’il n’est pas contaminé. Les cellules souches sont ensuite isolées par un procédé de séparation en centrifugeuse. Ces dernières seront ensuite congelées cryogéniquement à -196 ° C.

 

Liens vidéo

Comment est prélevé le sang de cordon ombilical ? Voici des explications du Magazine Santé de France 5 « Bonjour docteur ».

http://www.bonjour-docteur.com/actualite-sante-greffe-de-sang-de-cordon-un-tresor-de-cellules-souches-746.asp?1=1&IdBloc=2

Cordon ombilical : des cellules en or ? par universcienceTV  (10 :10)

Prélevées sur le cordon ombilical, des cellules sanguines peuvent soigner les principales maladies du sang, notamment les leucémies. Guériront-elles demain toutes sortes de maladies ? Enquête à l’hôpital Saint-Louis et à la maternité Robert-Debré, à Paris.

http://www.dailymotion.com/video/xco35j_cordon-ombilical-des-cellules-en-or_tech

Transplantation

La greffe de sang placentaire est de plus en plus populaire, et ce pour plusieurs raisons :

  • les greffons de sang de cordon sont immédiatement disponibles en cas de besoin, à la différence du don de moelle pour lequel l’organisation du prélèvement requiert 3 à 4 semaines ;
  • le prélèvement du greffon est indolore pour la mère et l’enfant, avec un risque infectieux quasi nul pour le donneur ;
  • l’incompatibilité tissulaire partielle entre le donneur et le receveur permet une plus grande probabilité de trouver un greffon adapté ;
  • l’incidence et la sévérité de la réaction du greffon contre l’hôte est moindre dans le cas de la greffe de sang de cordon par rapport à la greffe de moelle ;
  • la possibilité de transplanter deux greffons de sang de cordon pour des patients dont le poids est supérieur à 60 kg.

Cours – Hématologie – La greffe de moëlle

http://www.infirmiers.com/etudiants-en-ifsi/cours/cours-hematologie-la-greffe-de-moelle.html

Probabilité d’utilisation du sang cordon

Quelle est la probabilité qu’une personne ait besoin d’utiliser des cellules souches pour un traitement au moins une fois au cours de sa vie?

Certaines analyses médicales antérieures à 2008 attestent que la probabilité d’utiliser les cellules souches du sang de cordon est de 1 : 200 000, mais ces données sont contestées aujourd’hui et plusieurs scientifiques estiment qu’elles se basent sur des statistiques inexactes.

Dans l’étude de Nietfeld et al., on soutient que la probabilité qu’une personne aura besoin d’une greffe de ses propres cellules souches (greffe « autologue ») au cours de sa vie, et ce jusqu’à l’âge de 70 ans, est de 1 sur 435, soit 0,23%.

La probabilité d’avoir besoin d’une greffe, provenant de soi-même ou d’une autre personne (greffe « autologue » ou « allogénique »), au cours de sa vie, et ce jusqu’à 70 ans, est de 1 sur 217, soit 0,46%.

 

Sources :

Nietfeld JJ, Pasquini MC, Logan BR, Verter F, Horowitz MM. Lifetime probabilities of hematopoietic stem cell transplantation in the U.S. Biol Blood Marrow Transplant. Mar 2008;14(3):316-322.

www.parentsguidecordblood.org

Médecine régénérative

La médecine régénérative (ou médecine régénératrice) est une médecine dont l’objectif est de réparer les tissus ou les organes du corps humain quand ils sont génétiquement altérés (myopathie, …), abîmés par une maladie ou un accident (brûlures graves, …), ou dégradés par le vieillissement.

La régénération peut se faire in situ par la stimulation des organes endommagés ou en laboratoire (une avancée majeure pour les problématiques du don d’organe). Autre intérêt : la résolution du problème du rejet de greffe, puisque la situation est analogue à une isogreffe (greffe d’un jumeau).

L’utilisation des cellules souches est un élément majeur de la médecine régénérative. Cette avancée scientifique semble pour certains relever de la science fiction, pourtant les progrès réalisés sont immenses et  les réussites de plus en plus nombreuses.

Il est possible en laboratoire d’obtenir une variété de tissu (les tissus nerveux, hépatiques, pancréatiques, osseux, cartilagineux, adipeux) à partir des cellules souches du sang de cordon ombilical et du cordon ombilical. Il est par exemple possible de créer des petits bouts de tissus nerveux ou de foie qui sur le court terme pourraient être utiles pour tester de nouveaux médicaments et sur le long terme permettraient d’offrir des pistes thérapeutiques pour des patients en souffrance cérébrale ou hépatique. De nouveaux essais thérapeutiques émergent également concernant le traitement d’enfants atteints d’infirmité motrice cérébrale ou encore de diabète juvénile. Des traitements expérimentaux sont en cours aux Etats Unis et bientôt en Allemagne pour des malformations cardiaques, des cas de diabète de type 1. Ces enfants sont traités avec leurs propres cellules souches issues du cordon ombilical. A ce jour, 206 greffes autologues ont déjà été effectuées à travers le monde, parmi lesquelles 150 furent exécutées lors des deux dernières années, et la liste s’allonge chaque année.

 

Les maladies traitées jusqu’à maintenant avec la greffe autologue sont:
-Insuffisance médullaire
-Neuroblastome
-Paralysie cérébrale
-Diabète de type 1

Les recommandations pour les greffes autologues sont: 
– Myélome multiple
– Lymphome non-hodgkinien
– Maladie de Hodgkin
– Leucémie myéloïde aiguë
– Neuroblastome
– Tumeurs des cellules germinales
– Maladies auto-immunes – Lupus érythémateux disséminé (LED), sclérodermie systémique
– Amylose

Pour une liste détaillée des greffes, visitez http://www.parentsguidecordblood.org/content/usa/medical/autocbt.shtml?navid=35

Procédure de prélèvement

Voici les explications du prélèvement du sang de cordon ombilical selon les directives cliniques de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC).

  1. Procéder au double clampage du cordon ombilical de 3 à 5 cm au-dessus de l’ombilic et effectuer une section transversale entre les clamps.
  2. À l’aide des compresses alcoolisées ou d’un désinfectant, désinfectez le cordon ombilical à l’endroit où l’aiguille sera insérée et ce, le plus rapidement possible après l’accouchement.
    Il existe deux techniques principales pour le prélèvement du sang de cordon ombilical par ponction de la veine ombilicale : avant la délivrance du placenta (in utero) ou après (ex utero) et de préférence avant l’expulsion du placenta. Il est essentiel de travailler de manière stérile.
  1. Retirer, avec précaution, le protecteur d’aiguille en le dévissant. Introduire l’aiguille dans la veine ombilicale. Abaisser la poche pour accroître le débit. Le sang s’écoulera alors par gravité.
  1. Si la paroi vasculaire est perforée, clamper le cordon au-delà du site de la perforation afin de minimiser la perte de sang.
  1. Si la paroi vasculaire est perforée, si un caillot se forme ou si la veine s’affaisse, localiser un nouveau site de ponction se situant plus près du placenta. À l’aide d’un nouvel applicateur, bien frotter ce nouveau site conformément à ce qui est décrit à l’étape 3. Réintroduire l’aiguille.
  1. Si le sang cesse de s’écouler, attendre 5 secondes; il est possible que la veine redevienne engorgée et que le sang recommence à s’écouler.
  2. Lorsque le sang cesse de s’écouler, retirer l’aiguille du cordon ombilical. Vider le tube dans la poche de prélèvement en le comprimant du haut vers le bas. Cela permettra de maximiser le prélèvement et d’éviter la coagulation du sang se trouvant dans le tube.
  1. Faites au moins deux nœuds de sécurité dans la tubulure afin d’éviter toute fuite au cours du transport (ne pas utiliser de sutures).
  1. Coupez l’aiguille attachée à la pochette et jetez-la dans le container à aiguilles.
  2. Si le prélèvement des tissus du cordon ombilical doit aussi être effectué, couper une partie de ce dernier en veillant à conserver 40 cm ou plus de cordon ombilical et placer cet échantillon dans un récipient à cet effet.
  1. Il est important de mélanger lentement le sang de cordon ombilical dans la pochette qui contient un anticoagulant, afin de s’assurer que celui-ci soit bien imprégné du liquide anticoagulant.
  2. Le sang de cordon ombilical prélevé doit être conservé à température ambiante et non au réfrigérateur ou au congélateur.

Lors d’un accouchement de jumeaux, la procédure entière sera répétée pour chacun des enfants en utilisant chaque fois une nouvelle trousse.

Pour plus d’information sur les directives cliniques de la SOGC, parcourez leur document pdf en entier. http://www.sogc.org/guidelines/public/156F-CPG-Mars2005.pdf

 

Rôle du spécialiste

Le rôle du médecin et des autres professionnels de la santé est bien évidemment de fournir des soins de qualité aux patients, tout en l’informant des soins qu’il reçoit mais aussi en lui exposant les différents choix de traitement ou non-traitement qui s’offrent à lui ainsi que les conséquences de chacun d’eux. Ainsi, le spécialiste de la santé doit informer les patients sans jugement. Il doit tenter de fournir un éventail d’information afin que le patient soit en mesure de prendre les décisions qui le concernent.

Cette responsabilité médicale est la même dans le cas de l’éducation quant au sang de cordon. L’American Congress of Obstetricians and Gynecologists (ACOG) considérait en 2008 qu’ « une information équilibrée et exacte concernant les avantages et désavantages de la conservation des cordons ombilicaux devait être fournie » aux patients.